En 26 mois, la France a reculé de 10 ans sur tous les plans : économique, social, sociétal, environnemental, financier.

François Hollande est aujourd'hui le Président des tristes records :

  • Record du chômage : avec 500 000 chômeurs de plus en 2 ans, la France est le seul pays à avoir connu une telle augmentation sur la même période. Toutes les catégories sont touchées : jeunes de moins de 25 ans ; seniors ; femmes. Cette dégradation consacre l'échec d'une politique économique du zigzag, menée à contre-courant des autres économies. Les nombreux milliards dépensés dans le traitement social du chômage n'y ont rien changé : l'échec est énorme ;
     
  • Record de l'insécurité : tous les indicateurs sont au rouge avec pour la première fois le franchissement de la barre des 500 000 faits de violence sur la période 2013-2014. Malgré les rodomontades de Manuel Valls, l'insécurité progresse, preuve d'un bilan particulièrement faible en la matière. Les réformes imposées par la Garde des Sceaux en matière de justice n'ont fait qu'aggraver le laxisme ambiant : des signes négatifs donnés aux forces de l'ordre aujourd'hui totalement démobilisées ;
     
  • Record de la pauvreté : là également, les discours bien-pensants de la gauche n'ont rien changé : avec 8 millions de pauvres, la France bat tous les records. Cette dégradation est à mettre en parallèle avec l'augmentation des déficits de notre système de protection sociale financé par la dette. Plus la France dépense en matière sociale, plus la pauvreté augmente : c'est la fin de l'exception sociale française ;
     
  • Record de l'abaissement de la France au niveau international : la voix de la France n'est plus écoutée que ce soit en Europe ou dans le monde. Son influence s'est perdue dans les sables mouvants d'une diplomatie atone, sans relief et souffrant de l'affaiblissement économique de notre pays. Cette faiblesse diplomatique contraste avec le retour de l'Allemagne, désormais puissance n°1 en Europe comme le prouve le conflit ukrainien ;
     
  • Enfin record d'impopularité : jamais un président n'a connu un tel niveau d'impopularité. Ni le pacte de responsabilité, ni la Coupe du Monde, ni le 14 juillet, ni le Tour de France ne font bouger la courbe de Monsieur Hollande. La guérilla urbaine de ce week-end à Paris et à Sarcelles va entraîner une nouvelle chute de ce Président, désormais minoritaire dans son propre camp.

Jérôme Dubus
Conseiller de Paris
Secrétaire National en charge de la croissance et des nouvelles libertés économiques

Date: 
Mercredi 23 Juillet 2014
François Hollande, le Président des (tristes) records
Contenus liés: 

Jérôme Dubus, Conseiller de Paris et Secrétaire national de l'UMP en charge de la croissance et des nouvelles libertés économiques, demande à Anne Hidalgo, maire de Paris, de se porter partie civile afin d'obtenir réparation des dommages engagés, notamment, suite à la manifestation de samedi dernier et à la manifestation précédente, rue de la Roquette.

Alors que des membres de la majorité de Mme Hildalgo, comme Jacques Boutault, maire du 2ème arrondissement (EELV), ont participé à la manifestation, pourtant interdite, le silence de Mme Hildalgo est affligeant et incompréhensible. Les dégâts causés, notamment sur le mobilier urbain, sont particulièrement importants, comme chacun le sait. C'est par ailleurs la voirie qui prend en charge le nettoyage des rues, dont chacun a pu voir l'état dramatique, alors que la Ville de Paris connaît d'importantes difficultés financières. Et qui va payer ? Les Parisiens ?

Il est hors de question que les Parisiens paient de leur poche les dégâts causés par des casseurs et émeutiers.

Je demande à la maire de Paris de se porter partie civile pour obtenir réparation de l'ensemble des dégâts causés. Ce sont les Parisiens qui attendent aujourd'hui des réponses précises de sa part.

Date: 
Mercredi 23 Juillet 2014
Dégâts post-manifestation : que fait la Maire de Paris ?
Contenus liés: 

Le Bureau politique s'est réuni ce jour, à 18h, au Siège de l'UMP. A l'issue de cette réunion, les membres du Bureau Politique ont tenu à réaffirmer leur position commune sur trois des grands thèmes d'actualité débattus.

A propos des risques d'importation du conflit Israélo-palestinien sur le territoire national, le Bureau politique réaffirme sa condamnation des violences intolérables, aux allures de guérilla urbaine, en marge des manifestations interdites à Paris et à Sarcelles. Il en appelle à une justice rapide et dissuasive.

Les membres du Bureau politique tiennent à saluer l'initiative de rassemblement et de respect réciproque prise par les représentants du culte.

Le Bureau politique considère que l'ordre public, pas plus que les valeurs de la République, ne sont négociables sur le territoire national : l'interdiction des manifestations dimanche s'en trouve dès lors pleinement justifiée. Loin du droit de manifester, cette expression de la haine et de l'antisémitisme constitue une atteinte aux valeurs de la République.

Le gouvernement a fait le choix d'autoriser en revanche, la manifestation de mercredi : il est face à ses responsabilités.

Le Bureau politique de l'UMP tient à réaffirmer unanimement que, lorsqu'on défie la République, la République doit répondre avec la plus grande fermeté.

Sur la situation des chrétiens d'Irak, le Bureau politique tient à exprimer sa solidarité avec les chrétiens de Mossoul, victimes d'un ultimatum intolérable en Irak. Ceux qui n'ont pas pu fuir sont persécutés, du seul fait d'être chrétiens, par les djihadistes de l'Etat Islamique en Irak et au Levant. Ils n'ont d'autre choix que de se convertir, payer l'impôt islamique ou mourir.
C'est le rôle de la France, patrie des Droits de l'Homme, de lever le silence médiatique et politique ce « crime contre l'humanité » qualifié ainsi, à juste titre, par le Conseil de Sécurité de l'ONU. François Hollande ne peut se contenter de garder le silence : plus que jamais, la France a un rôle à jouer pour alerter et mobiliser la communauté internationale face à une telle situation d'urgence.

Sur la situation en Nouvelle-Calédonie et la démission du haut-commissaire Jean-Jacques BROT, le Bureau politique demande à nouveau au Premier ministre de faire toute la clarté sur les raisons de cette démission soudaine du représentant de l'Etat en pleine visite ministérielle. Surtout, de sortir de l'ambiguïté en éclairant nos compatriotes sur les véritables intentions de son gouvernement pour accompagner le dialogue sur l'avenir institutionnel de ce territoire.

La Nouvelle-Calédonie est un territoire de la République Française qui doit être respecté dans sa singularité et son Histoire. Et c'est aux Calédoniens, et à eux seuls, de décider de leur avenir. L'UMP, de son côté, est attachée sans ambiguïté au maintien de la Nouvelle-­Calédonie au sein de la République française.

Date: 
Mardi 22 Juillet 2014

Le Premier ministre a le devoir de faire toute la clarté sur les raisons de cette démission soudaine du représentant de l'Etat en pleine visite ministérielle. Il doit également, dans la transparence, préciser le périmètre et le calendrier exacts de la mission qu?il a confiée à Alain Christnacht et Jean-­Francois Merle.

Comment ne pas partager l'inquiétude des Calédoniens, lorsqu'ils découvrent dans la presse ces mots du représentant de l'Etat pour expliquer sa démission: « Je ne veux pas cautionner le largage annoncé de la Nouvelle-?Calédonie »?

La Nouvelle-­Calédonie est à un tournant de son Histoire, elle a besoin de stabilité pour choisir son avenir dans la sérénité et l'apaisement. Il est temps que les socialistes sortent de l'ambiguïté: voilà pourquoi je demande à M. Valls de nous dire les véritables intentions de son gouvernement pour accompagner le dialogue sur l'avenir institutionnel de ce territoire.

La Nouvelle-­Calédonie ne doit pas servir de prétexte au jeu des idéologues et des apprentis sorciers. La Nouvelle-Calédonie est un territoire de la République Française qui doit être respecté dans sa singularité et son Histoire. Et c'est aux Calédoniens, et à eux seuls, de décider de leur avenir.

L'UMP, de son côté, est attachée sans ambiguïté au maintien de la Nouvelle-­Calédonie au sein de la République française. Et je veux saluer le travail remarquable de nos élus et de nos militants qui, chaque jour sur le terrain, oeuvrent pour défendre en Nouvelle-­Calédonie un idéal de paix et de prospérité dans la France.

Luc Chatel
Secrétaire Général de l?UMP

Date: 
Lundi 21 Juillet 2014
L'UMP tient à exprimer sa profonde inquiétude après la démission du Haut-­commissaire de la République en Nouvelle-­Calédonie, Jean-­Jacques Brot
Contenus liés: 

Les débordements de violence de ce week-end sont intolérables. Aucune cause politique ne peut justifier cette guérilla urbaine qui s?attaque aux valeurs de la République. La communauté juive de France doit être protégée de ces extrémistes et de leur haine antisémite. Dans notre pays, chacun est libre de ses opinions mais nul ne peut défier l?ordre public.

Le gouvernement est dans son droit d?interdire les manifestations. Il ne peut prendre le risque de voir le conflit israélo-palestinien déborder sur notre sol. Il doit persister dans la fermeté et appeler toutes les parties à se parler plutôt qu?à s?affronter. Je soutiens la fermeté et la vigilance du gouvernement car l?unité de la République n?est pas négociable.

François Fillon
Co-président par intérim

Date: 
Lundi 21 Juillet 2014
Les débordements de violence de ce week-end sont intolérables
Contenus liés: 

Les violences qui ont eu lieu en marge de la manifestation interdite à Paris, ou à Sarcelles, sont intolérables, injustifiables, incompréhensibles pour nos compatriotes.

Intolérables, parce que l'ordre public n'est pas négociable sur le territoire national.

Injustifiables, parce que s'en prendre aux valeurs de la République, c'est défier la République elle-même. Et cette partie de la gauche qui continue à s'offusquer qu'on puisse interdire telle ou telle manifestation, doit cesser de tenter de justifier l'injustifiable : les violences de ce week-end démontrent assez l'exigence d'interdiction.

Incompréhensibles pour nos compatriotes qui assistent, médusés, à un tel climat d'émeutes et de violences en marge de manifestations qui ont eu lieu, malgré toutes les interdictions.

Pour l'UMP, ce ne sont pas seulement les auteurs de violences qui doivent être lourdement sanctionnés, ce sont tous ceux qui, en bravant l'interdiction de manifester, défient la République. Lorsqu'on défie la République, la République doit répondre avec la plus grande fermeté.

Luc Chatel
Secrétaire Général de l'UMP

Date: 
Lundi 21 Juillet 2014
Les violences qui ont eu lieu en marge de la manifestation interdite à Paris, ou à Sarcelles, sont intolérables, injustifiables, incompréhensibles pour nos compatriotes
Contenus liés: 

Pour Yannick Moreau, député de la Vendée littorale, Secrétaire national de l?UMP à la réforme de la Justice, l?adoption de la réforme pénale est un nouveau signe d?une politique de la permissivité incarnée par Madame Taubira.

 

Face à l?insécurité, les Français attendent de la fermeté ; le gouvernement choisit au contraire, d?envoyer « un signal de laxisme et de faiblesse » selon le député.

 

En effet, la principale innovation du texte, la contrainte pénale, vise à vider les prisons là où il faudrait au contraire construire et rénover des dizaines de milliers de place. A partir du 1er janvier 2015 tous les condamnés à une peine de 5 ans de prison maximum pourront se retrouver dehors. Selon Yannick MOREAU il s?agit en réalité d?un véritable « permis de récidiver ».

 

En outre, conformément à l?une des déclarations du président de la République, les peines planchers sont supprimées, alors même qu'elles permettaient de sanctionner plus sévèrement les récidivistes.

 

Un deuxième texte consacré à la justice des mineurs sera proposé par le Sénat au premier semestre de 2015. Imprégné de cette même idéologie laxiste, il portera notamment la proposition de suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs, qui n?a finalement pas pu être inscrite dans la version adoptée.

 

Yannick Moreau s?opposera avec vigueur à cette nouvelle transgression contraire à l?intérêt supérieur du peuple français. Il rappelle qu?un récent sondage indique que 75% des Français sont attachés au maintien du tribunal correctionnel pour mineurs.

 

Yannick Moreau

Député de la Vendée

Secrétaire national de l?UMP à la réforme de la justice 

Date: 
Vendredi 18 Juillet 2014
Réforme pénale : Yannick Moreau dénonce un permis de récidiver !
Contenus liés: 

Après plus de deux ans de pouvoir socialiste tous les indicateurs de la délinquance sont au rouge.

D'après un tableau de bord remis au ministre de l'Intérieur, mis en place par son prédécesseur et dont le Figaro a eu connaissance, les chiffres de la délinquance n?ont cessé exploser depuis l'arrivée de la gauche au pouvoir.

Par exemple entre le 1er juin 2013 et 31 juillet 2014, les atteintes à l'intégrité physique ont augmenté de +3.8% etc. Avec ces augmentations, la France bat le triste record historique du demi-million de faits de violence en un an en France.

Le Premier ministre est démasqué ! Sa politique basée uniquement sur de la communication est trahie par ses propres chiffres.

Combien de temps Manuel Valls va t?il encore essayer de nous faire croire qu'il agit pour la sécurité des Français ?

Le premier Flic de France devenu Premier ministre se préoccupe plus de sa cote de popularité que de la courbe de la délinquance.

Jérémy Redler
Secrétaire national
Adjoint au Maire du 16ème arrondissement de Paris

Date: 
Vendredi 18 Juillet 2014
Délinquance : le bilan alarmant du gouvernement Valls !
Contenus liés: 

Luc Chatel, secrétaire général de l'UMP, tient à faire part de sa très vive émotion après le crash du Boeing de la Malaysia Airlines en Ukraine. Il exprime sa compassion et adresse toutes ses condoléances aux familles endeuillées par ce drame terrible. Il faut que toute la vérité soit faite sur les circonstances de ce drame et que les responsabilités soient clairement établies

Date: 
Jeudi 17 Juillet 2014
Crash du Boeing de la Malaysia Airlines en Ukraine
Contenus liés: 

Le Bureau politique s'est réuni ce jour, à 18h, au Siège de l'UMP. A l'issue de cette réunion, les membres du Bureau Politique ont tenu à réaffirmer leur position commune sur trois des grands thèmes d'actualité débattus.

A propos de l'intervention du président de la République le 14 juillet, le Bureau politique a voulu redire à quel point la parole présidentielle avait, désormais, perdu toute crédibilité. François Hollande n'a pas su remettre en perspective un quinquennat marqué par l'improvisation permanente. Surtout, il a suscité de nouvelles inquiétudes. Il en va ainsi, de la question du vote des étrangers, source de divisions dans une société française que M. Hollande n'a pas peu contribué à fracturer ; il en va ainsi de la perspective de l'instauration d'une dose proportionnelle qui s'apparente plus à une man?uvre purement politicienne, qu'à une réflexion institutionnelle sur la représentativité.

Sur la réforme territoriale, le Bureau politique a tenu à souligner que, loin de mettre fin au millefeuille territoriale, le projet du gouvernement n'était en rien source d'économie. Zéro économie, zéro simplification, cette réforme improvisée modifie en revanche, très profondément, l'équilibre institutionnel de notre pays : un choix si déterminant ne peut se faire dans l'improvisation, et surtout sans les Français ? dans le cadre du débat présidentiel, ou par voie de de referendum.

Sur la situation au Proche-Orient, enfin, le Bureau politique a exprimé sa très vive inquiétude sur la situation à Gaza, et réaffirmé l'urgence du dialogue, seul chemin possible vers la paix. Les membres du Bureau politique ont voulu unanimement condamner avec la plus grande fermeté les tentatives d'importation du conflit dans notre pays, jugeant insupportable que des manifestants aient pu s'en prendre à des lieux de culte. Le gouvernement doit prendre toutes les dispositions qui s'imposent pour assurer la protection de nos compatriotes susceptibles d'être pris pour cibles, et pour faire respecter l'ordre public sur le territoire de la République.

Date: 
Mardi 15 Juillet 2014