Travail, économie, emploi
Luc Chatel était l'invité de France 2
Revoir l'interview
Etat et collectivités

Manifestement, le président de la République n'a pas pris la mesure de la profonde crise de confiance que traverse notre pays. Croissance nulle, effondrement des investissements, explosion du chômage et des déficits : les Français n'attendaient pas de M. Hollande qu'il peine près d'une heure durant à se trouver des excuses, mais qu'il leur présente des excuses.

Inversion de la courbe du chômage, réduction des déficits à 3% du PIB, pause fiscale? aucun des engagements pris personnellement par le président de la République depuis deux ans, n'a été tenu. Mais, M. Hollande préfère se défausser sur Nicolas Sarkozy et sur Angela Merkel. En renvoyant au quinquennat précédent, en renvoyant aux orientations de l'Union Européenne.

Les Français, pourtant, ne sont pas dupes. Depuis 2008 et jusqu'en 2012, la France a su résister, parfois mieux que ses principaux partenaires, face à une crise économique mondiale et européenne ; avec M. Hollande, la crise est devenue une crise française. Et, aujourd'hui, ce n'est pas l'Europe qui est un problème pour la France ; c'est la France qui, affaiblie par l'échec de M. Hollande, est devenue un problème pour l'Europe.

Il y a deux jours devant la représentation nationale, en procédant à une synthèse molle de son discours devant le MEDEF et de son discours de La Rochelle, M. Valls a fait du Hollande. Aujourd'hui, en s'en prenant à l'Allemagne et à l'Europe, en reprenant à son compte la thématique de l' « austérité budgétaire », M. Hollande a fait du Montebourg. On nous avait promis une clarification de la ligne politique ; en deux jours, MM. Hollande et Valls n'ont fait que contribuer à renforcer les ambiguïtés.

Luc CHATEL
Secrétaire général de l'UMP

Vie du parti
Les questions au Gouvernement de la semaine
Retrouvez les questions posées au Gouvernement à l'Assemblée nationale cette semaine.
Etat et collectivités
François Fillon était l'invité de RTL
Revoir l'interview
Etat et collectivités
Jean-Pierre Raffarin était l'invité d'Europe 1
Revoir l'interview
Vie du parti
Les questions au Gouvernement de la semaine
Retrouvez les questions posées au Gouvernement à l'Assemblée nationale cette semaine.
Etat et collectivités
Luc Chatel était l'invité de France Info
Revoir l'interview
Vie du parti

Le Bureau Politique, réuni ce jour au siège de l'UMP sous la présidence de François Fillon, a d'abord fait le point sur la situation internationale en soulignant, en particulier, le drame vécu par les chrétiens en Irak. La France a une mission multiséculaire de protection des chrétiens d'Orient et le devoir de notre pays est aujourd'hui de l'assumer pleinement. Le Bureau Politique a tenu à saluer, à cet égard, le rôle déterminant joué par le déplacement des évêques de France sur place. Plus généralement, force est de constater que la crise Syrienne a généré un chaos dont émerge un monstre barbare et inhumain : l'EIL. Face à l'urgence, la mobilisation européenne est une exigence.

Sur le plan intérieur, le Bureau politique a évoqué un été meurtrier pour l'économie française : croissance nulle aux deux premiers trimestres, forte progression du chômage, chute de l'investissement? Trop endetté, trop imposé, trop règlementé, le pays n'est plus en mesure de saisir les vents extérieurs de la croissance. La disqualification de F. Hollande est désormais un danger immédiat pour le pays. Le changement de Premier ministre et de cap politique il y a cinq mois, apparait aujourd'hui comme une illusion.

Enfin, sur la vie du Mouvement, le Secrétaire général a fait le point sur le plan d'économie engagé depuis la présentation de l'audit début juillet. Avec les nouvelles mesures prises par la direction, ce plan devrait se traduire à horizon 2015 par une économie en année pleine chiffrée à 2,7M?. Un plan de marche qui se veut plus ambitieux que les recommandations de l'audit et qui se traduit par une accélération du redressement financier de l'UMP :

1 - Sur le plan des recettes :

  • Cotisation des élus : au total, alors qu'un peu plus de 80% des parlementaires n'étaient pas à jour de leur cotisation d'élu, près de 80% le sont aujourd'hui : la tendance s'est inversée. 261 parlementaires sur 337 sont ainsi en situation de parrainer un candidat dans la perspective du congrès. Cette relance des parlementaires et des conseillers régionaux et généraux a permis de collecter 144 320? de régularisation et des autorisations de prélèvements nouvelles pour 90 720? en année pleine. Les maires seront sollicités en septembre.
  • Adhésions : Au 30 juin 2014, nous comptions 175 103 adhérents, enregistrant ainsi une progression de plus 50 000 (51 502) adhérents par rapport à 2013 à la même date (123 601 au 1er juillet 2013). Nous avons collecté 96% des recettes prévisionnelles soit 4,97M? au 31/07/2014, à comparer aux 4,82M? au 31/12/2013.
  • Enfin, une réflexion est ouverte autour de l'optimisation du siège de la rue de Vaugirard, la direction n'excluant pas d'étudier la mise en location de l'un des étages du bâtiment.

2 - Sur le plan des dépenses :

  • L'effet d'économie résulte très largement de la renégociation, dans une logique «achat», de l'ensemble de nos contrats de prestataires.
  • En matière de masse salariale, nous appliquons le principe simple du non-remplacement automatique des départs naturels. Un chantier est ouvert autour de la définition d'une grille salariale permettant d'encadrer les rémunération des collaborateurs dans les standards du marché.
Société
Luc Chatel était l'invité de RTL
Revoir l'interview
Vie du parti
Découvrez le dernier numéro du Magazine de l'Union