Vie du parti
Les questions au Gouvernement de la semaine
Retrouvez les questions posées au Gouvernement à l'Assemblée nationale cette semaine.
Etat et collectivités
Jean-Pierre Raffarin était l'invité de BFMTV
Revoir l'interview
Etat et collectivités
Le Sénat bascule à droite, « un évènement politique majeur », pour Luc Chatel

« Un évènement politique majeur ». Secrétaire général, Luc Chatel s'est réjoui, dimanche soir, de la victoire de l'UMP et de ses alliés à l'occasion du renouvellement du Sénat. Avec un score nettement supérieur à ses espérances. « C'est une transformation de la vague bleue des municipales de mars dernier qui confirme la progression de notre famille politique. C'est aussi un nouveau camouflet pour François Hollande et Manuel Valls», souligne Luc Chatel pour qui l' « improvisation du Gouvernement sur la réforme territoriale dont il faudra revoir la copie » constitue également cette « sanction »des grands électeurs. Mais aussi en raison de décisions gouvernementales qui ont beaucoup affecté les maires : la baisse soudaine et drastique des dotations de l'Etat aux collectivités locales au lendemain de la victoire de la droite aux élections municipales et la mise en place obligatoire et sans concertation des rythmes scolaires qui ont mis dans la difficulté financière de très nombreuses communes.

Cette victoire de l'UMP et de ses alliés est le « symbole de la reconquête. Elle incarne un nouveau vent d'espoir qui souffle aujourd'hui sur les Français qui attendent plus que jamais une alternance », relève Luc Chatel.

Luc Chatel est également convaincu qu'aidé par un groupe UMP composé de plus de 143 sénateurs (le groupe le plus important ), le Sénat « sera le porte-voix des Français et de leurs territoires », un « Sénat de combat » qui incarnera à nouveau le bicamérisme et un nouvel espoir pour notre famille politique qui pourra ainsi travailler concrètement à l'alternance et à l'avenir de notre pays .

Sécurité et défense
Intervention en Irak : déclaration de François Fillon
Revoir la déclaration
Etat et collectivités
Jean-Pierre Raffarin était l'invité de Public Sénat
Revoir l'interview
Société
Alain Juppé était l'invité de BFMTV
Revoir l'interview
Travail, économie, emploi
Luc Chatel était l'invité de France 2
Revoir l'interview
Etat et collectivités

Manifestement, le président de la République n'a pas pris la mesure de la profonde crise de confiance que traverse notre pays. Croissance nulle, effondrement des investissements, explosion du chômage et des déficits : les Français n'attendaient pas de M. Hollande qu'il peine près d'une heure durant à se trouver des excuses, mais qu'il leur présente des excuses.

Inversion de la courbe du chômage, réduction des déficits à 3% du PIB, pause fiscale? aucun des engagements pris personnellement par le président de la République depuis deux ans, n'a été tenu. Mais, M. Hollande préfère se défausser sur Nicolas Sarkozy et sur Angela Merkel. En renvoyant au quinquennat précédent, en renvoyant aux orientations de l'Union Européenne.

Les Français, pourtant, ne sont pas dupes. Depuis 2008 et jusqu'en 2012, la France a su résister, parfois mieux que ses principaux partenaires, face à une crise économique mondiale et européenne ; avec M. Hollande, la crise est devenue une crise française. Et, aujourd'hui, ce n'est pas l'Europe qui est un problème pour la France ; c'est la France qui, affaiblie par l'échec de M. Hollande, est devenue un problème pour l'Europe.

Il y a deux jours devant la représentation nationale, en procédant à une synthèse molle de son discours devant le MEDEF et de son discours de La Rochelle, M. Valls a fait du Hollande. Aujourd'hui, en s'en prenant à l'Allemagne et à l'Europe, en reprenant à son compte la thématique de l' « austérité budgétaire », M. Hollande a fait du Montebourg. On nous avait promis une clarification de la ligne politique ; en deux jours, MM. Hollande et Valls n'ont fait que contribuer à renforcer les ambiguïtés.

Luc CHATEL
Secrétaire général de l'UMP

Vie du parti
Les questions au Gouvernement de la semaine
Retrouvez les questions posées au Gouvernement à l'Assemblée nationale cette semaine.
Etat et collectivités
François Fillon était l'invité de RTL
Revoir l'interview